Nombreuses sont les personnes qui confondent l’auto-entrepreneur, l’indépendant et le freelance. Pourtant, chacune de ces notions possède ses particularités propres. Découvrez quelles sont les différences entre ces trois statuts professionnels.

Qu’est-ce qu’un auto-entrepreneur ?

Un auto-entrepreneur est, par définition, une personne ou un travailleur indépendant ayant décidé de créer une entreprise individuelle en optant pour le régime de l’auto-entreprise. Il est bon de savoir que lorsqu’on est dans l’auto-entrepreneuriat, cela ne veut pas dire qu’on appartient à statut juridique à part entière. Il est nécessaire que ce statut soit accompagné d’un régime fiscal et d’un régime social.

Aujourd’hui, le régime de l’auto-entreprise fait partie des plus choisis à cause principalement de son accès facile et de son fonctionnement simple à comprendre. En outre, l’auto-entrepreneur est le dirigeant de son entreprise. Cela dit, il profite de plusieurs avantages, comme notamment un allègement des charges fiscales et sociales. Il a par exemple la possibilité de choisir le statut de travailleur non salarié ou de se faire imposer sur l’impôt sur le revenu. En outre, les impôts sont payés en se basant sur le chiffre d’affaires. Comprenez donc que le montant à verser à l’administration fiscale varie selon le niveau du chiffre d’affaires réalisé.

Si vous préférez le statut d’auto-entrepreneur, vous pourrez accéder à un grand nombre de métiers issus de divers domaines, comme l’artisanat et le commerce. Vous avez également la possibilité de choisir une profession libérale. Toutefois, notez que certaines activités sont à exclure quand on est auto-entrepreneur. C’est le cas des activités du domaine de l’agriculture et les professions qui relèvent de la TVA ou dont la rémunération se fait par des droits d’auteur.

Que faut-il savoir de l’indépendant ?

En ce qui concerne le travailleur indépendant, sachez que ce statut est reconnu à une personne autonome qui exerce une activité économique pour son propre compte. C’est donc ce travailleur qui s’occupe lui-même de l’organisation et de la gestion de sa structure. Toutefois, ses procédures sont bien encadrées par le Code du travail. Il a néanmoins la possibilité de confier certaines de ses charges à une tierce personne au cas où il n’est pas en mesurer de les assurer. On peut ainsi dire que le travailleur indépendant occupe à lui seul 3 postes dans son entreprise, à savoir propriétaire, patron et employé.

Si vous choisissez ce statut, vous pouvez exercer dans différents secteurs en tant que professionnel. Par exemple, les domaines agricoles, commerciaux ou libéraux sont des choix intéressants quand on est travailleur indépendant. Les exploitants agricoles, les consultants, les gérants d’un commerce ou encore les patrons de sociétés de transport sont autant d’activités prises d’assaut par les indépendants.

L’un des avantages majeurs de ce statut professionnel est le fait de disposer de beaucoup de liberté. En étant un travailleur indépendant, vous n’aurez pas de compte à rendre à qui que ce soit. Vous assurerez tout seul le fonctionnement et la gestion de votre entreprise, depuis le secrétariat à la comptabilité en passant par la fiscalité. Toutefois, vous pouvez faire de l’embauche afin de déléguer certaines tâches.

Les possibilités du travailleur indépendant en matière de statut juridique de son entreprise sont nombreuses. Il peut avoir une préférence pour une micro-entreprise, comme une EIRL, une EURL, une SASU ou encore une SARL. Tout dépend de la nature de son activité. À propos du régime social, sachez que celui-ci dépend du statut juridique retenu, même s’il est rattaché au RSI (Régie social des indépendants). Pour le régime fiscal, le travailleur indépendant est imposé en fonction de son activité.

Être freelance : qu’est-ce que c’est ?

Quant au freelance, on peut dire que tout professionnel indépendant qui propose des prestations dans un domaine d’activité précis en est un. En fait, il n’a pas encore d’encadrement juridique relatif à ce statut. Une personne qui travaille en freelance est un solitaire dans le monde professionnel. Souvent, on lui attribue l’image d’un entrepreneur, car c’est lui-même qui fait tourner son business. Son salaire provient des prestations de services qu’il a facturées. Généralement, le freelance est lié à une entité ou une société suite à la signature d’un contrat de CDD ou CDI. Dans ce cas, il perd son statut de travailleur indépendant et devient un salarié.

Le freelancer a un champ d’action assez varié. Mais on le retrouve plus dans le domaine créatif, dans la vente, le marketing ou le web.

Lire aussi :

Previous articleLouer benne pour évacuer et trier les déchets : une solution écologique
Next articleAuto-entrepreneurs et les nouveaux OPCO