Le démarrage d’une entreprise n’est pas toujours une chose aisée. Il y a plusieurs facteurs à prendre en compte pour bien se lancer, notamment l’aspect financier. Il est important d’avoir un bon financement pour pouvoir développer l’activité. Heureusement, il existe aujourd’hui différentes manières de se financer. Pour vous aider dans votre projet, découvrez dans cet article comment financer le démarrage d’une entreprise.

L’investissement personnel

Investir personnellement son argent est sûrement le moyen le plus simple dans le démarrage d’une entreprise. C’est également la solution la plus privilégiée dans ce genre de projet. Il faut dire qu’avec cette alternative, aucun interlocuteur tiers n’est nécessaire.

Bien évidemment, si vous souhaitez faire un apport personnel, vous devez disposer d’un minimum de fonds. Vous devez réussir à couvrir au moins les frais de lancement pour monter l’entreprise, surtout si vous devez recourir à des prêts.

Monter une entreprise sans fonds n’est donc pas possible, même si certaines formes juridiques n’imposent que 1 euro de capital social. Vous devez effectivement prévoir différents frais de démarrage. De plus, un investissement personnel permet de garantir la confiance de vos éventuels collaborateurs.

Par ailleurs, l’apport personnel est aussi un bon moyen de vous rendre crédible auprès des fournisseurs, des bailleurs ainsi que des partenaires.

argent

Financement des proches

Appelé aussi la love money, ce type de financement sollicite l’apport de la famille ou des amis. Il peut être efficace si vous savez vendre votre idée. De plus, il faut savoir que le dispositif « Madelin » permet aujourd’hui aux personnes qui investissent dans une TPE/PME de profiter d’une réduction fiscale sur le revenu. Il s’agit d’une réduction à hauteur de 18% du montant investi. Vous pouvez ainsi vous servir de cet avantage pour convaincre la personne d’investir.

Les aides et subventions

Le gouvernement peut aussi financer le lancement d’une entreprise, à travers les aides et les subventions. Bien entendu, vous ne devez pas considérer ces contributions comme seule source de financement. D’ailleurs, vous devez savoir qu’avec ces aides gouvernementales, vous ne pouvez pas disposer directement de liquidités. Ce sont des aides qui s’inscrivent généralement dans la durée.

Parmi les aides de l’Etat, on peut notamment citer :

  • L’ACCRE (Aide aux Chômeurs Créant ou Reprenant une Entreprise) : c’est une aide qui consiste à exonérer temporairement une entreprise de cotisations sociales lors du démarrage.
  • Le CIR (crédit d’Impôt Recherche) : c’est une aide destinée aux entreprises qui s’engagent dans la recherche et l’innovation.
  • Le crédit innovation: une subvention destinée aux PME leur permettant de récupérer une partie de leurs dépenses dans l’innovation.
  • Les aides régionales: les aides telles que la Prime Régionale à la Création d’entreprise.
  • Les subventions de l’Union Européenne: destinées aux start-ups qui se développe au niveau européen et qui se trouve dans le secteur de la communication et de l’information.

Les business Angels

Les business angels sont des personnes fortunées ou cadres d’entreprise (à la retraite ou en activité) qui souhaitent investir dans des PME. Mais il faut savoir que ces investisseurs n’offrent pas seulement que des apports financiers. Ils offrent aussi des conseils dans la gestion de l’entreprise. Ils aident l’organisation à développer son réseau. Bien sûr, étant actionnaires, ils bénéficient d’une part dans les bénéfices de l’entreprise.

Ce type de financement est habituellement destiné aux start-ups. Il faut dire que dans le cas de ces derniers, le démarrage nécessite un important financement.

L’investisseur disposera alors d’une participation au capital en contrepartie de son apport. L’un des grands avantages d’un business angel, c’est de pouvoir profiter de l’expérience d’un dirigeant ou d’un ancien cadre d’entreprise.

Le crédit professionnel

Le crédit professionnel est une forme de prêt octroyé dans le cadre professionnel. Ce crédit bancaire est donc destiné au TPE, aux auto-entrepreneurs, aux artisans ou encore aux agriculteurs. L’objectif de ce fond est d’apporter un fond permettant de couvrir certains besoins de l’entreprise : la trésorerie (capital, fonds de roulement…), les équipements (matériels, machines, équipements…) et l’immobilier (terrain, local, construction de bureaux…).

Les institutions financières proposent divers avantages, tels qu’un service sur mesure ou des processus de remboursement souples. Il est donc important de faire une comparaison afin de trouver l’offre qui répond à vos besoins.

Il faut savoir que le paiement du crédit peut se faire en une seule fois ou en plusieurs fois, en fonction des besoins. Le règlement débute alors lorsque l’intégralité des fonds a été versée. Il peut s’étaler jusqu’à 10 ans, selon l’établissement prêteur. Vous avez également la possibilité d’anticiper le remboursement en échange d’indemnités.

A noter toutefois que dans un crédit professionnel, les entreprises déjà établies ont plus de facilité à y accéder. C’est bien plus compliqué pour les entreprises qui sont encore en phase de lancement, car les garanties sont plus faibles. Inversement, les entrepreneurs, eux, disposent déjà d’un plan d’affaires solide et aussi d’une excellente cote de crédit.

Le leasing

Appelé aussi crédit-bail, le leasing est un système qui vous permet d’obtenir ou d’utiliser un bien (mobilier ou immobilier), sans faire de prêt. En optant pour ce dispositif, vous allez donc être lié à une entreprise de leasing, par un contrat. Cette dernière va alors acquérir un bien et vous pouvez l’utiliser à votre gré en échange d’un loyer.

A terme, vous aurez le choix entre :

  • Restituer le bien
  • Etablir un nouveau contrat
  • Acquérir le bien (valeur résiduelle)

Le leasing est un dispositif destiné aux entreprises souhaitant financer leur entreprise pour développer leurs activités ou encore pour renouveler leurs équipements.

Le crowdfunding ou financement participatif

Il s’agit d’un dispositif qui a pour but de collecter des fonds sur le web en utilisant une plateforme de Crowdfunding. Généralement, cette dernière prélève une commission (entre 5 à 12%) sur le fond collecté si la collecte est une réussite.

Dans le cadre d’un lancement d’entreprise, ce financement est un bon moyen d’acquérir des fonds, tout en limitant les risques. Selon le nombre de donateurs, il est déjà possible d’avoir un aperçu du futur de l’entreprise ou du produit proposé. L’investisseur, lui, bénéficie d’une transparence totale, puisqu’il sait précisément à quoi va servir sa donation.

Ce système peut se présenter sous 3 formes :

  • Le don
  • Le prêt
  • L’investissement

Incubateur d’entreprises

Un incubateur d’entreprise est un organisme qui accompagne des créateurs d’entreprise. Il apporte généralement son aide à des jeunes entreprises dans le domaine de la haute technologie. Il y a également ce qu’on appelle un incubateur de développement économique local. Ce dernier se concentre sur : la création d’emplois, la revitalisation ou encore le partage de services.

Ce genre de structure partage généralement leurs locaux ou leurs ressources avec les entreprises en phase de lancement. Un incubateur disposant d’un laboratoire peut par exemple partager ses locaux et ses ressources techniques pour qu’une entreprise teste ses nouveaux produits.

Habituellement, l’entreprise est accompagnée par l’incubateur pendant deux ans. Dès que son produit est prêt à la vente, leur collaboration se termine et l’entreprise va voler par ses propres moyens.

La plupart du temps, les entreprises qui collaborent avec des incubateurs sont dans le domaine de :

  • La biotechnologie,
  • L’information,
  • Le multimédia,
  • La technologie industrielle, etc.

incubateurs

Le capital risque

Le capital risque est une source de financement destinée uniquement à certains types d’entreprises. Il faut savoir que les investisseurs en capital risque investissent souvent dans les entreprises de technologie, de l’information ou de la communication.

Bien évidemment, l’investissement se fait généralement dans des projets prometteurs, mais plus risqués. C’est pourquoi, les investisseurs peuvent bénéficier d’une participation dans les entreprises qu’ils financent. Si vous décidez de collaborer avec un investisseur en capital risque, vous devez alors leur donner une part dans votre entreprise.

L’affacturage

Ce financement est destiné aux entreprises déjà établies. Dans l’affacturage, une société financière ou factor, achète ainsi vos dettes pour que vous puissiez bénéficier directement d’une trésorerie. Le facto va néanmoins prélever une commission d’affacturage (0.5 à 2.5%) et une commission de financement (jusqu’à 3% du montant des dettes).

Le microcrédit

Il s’agit d’un dispositif financier qui est destiné aux créateurs d’entreprise. Ce système de crédit est généralement exclu du système bancaire à cause des faibles revenus ou des incertitudes sur le projet.

liquidité

Microcrédit professionnel

Il est destiné au créateur d’entreprise ou à ceux qui souhaitent étendre ses activités. C’est donc une solution intéressante si les établissements bancaires ne vous accordent pas un crédit professionnel. Avec le microcrédit, vous aurez la possibilité de gagner jusqu’à 10 000 euros, selon l’établissement de crédit. La durée de paiement du crédit est normalement de 4 ans.

Les organismes de microcrédit peuvent aussi proposer d’autres services, à part l’attribution du prêt. Ils peuvent aussi accompagner l’entreprise dans son lancement ou son développement.

Microcrédit personnel

Ce type de crédit est destiné aux entrepreneurs souhaitant bénéficier d’un prêt, sans passer par une banque traditionnelle. Le prêt se fait alors sur une plateforme de microcrédit.

Sur ces établissements en ligne, vous avez la possibilité de contracter un prêt variant entre 300 à 5 000 €. Ces prêts dépendent habituellement de vos revenus. Le taux d’intérêt varie de 1.4 à 4%. Pour ce qui est du remboursement, la durée peut varier de 4 mois à 5 ans.

Ce type de crédit peut également servir à d’autres raisons : acheter ou entretenir un véhicule, frais d’hospitalisation, etc.

En conclusion, il existe plusieurs types de sources de financement accessibles pour lancer une entreprise. Le plus important est de trouver le dispositif qui convient à vos besoins et à vos objectifs. Ce choix est bien entendu essentiel, car il a une influence sur le développement de votre projet.

Previous articleComment devenir coach LinkedIn ?
Next articleIntelligence artificielle : comment s’en imprégner pour fructifier son business ?
Mélanie Cresson
Ancienne cheffe de rédaction dans un grand média business, Mélanie est une journaliste qui n’a plus besoin de faire ses preuves. Forte de ses expériences passées, elle a créé sa société et est désormais responsable de plusieurs sites webs d’actualité. Elle apporte un savoir-faire et des sources d’information fiables aux rédacteurs de Clap-metropole-lilloise.fr pour que nos lecteurs bénéficient des meilleurs conseils business du web.